AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 « Pour un regard. » [Juliet H. Powell]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan A. Miller

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 27/05/2009

MessageSujet: « Pour un regard. » [Juliet H. Powell]   Jeu 28 Mai - 19:30


Ethan A. Miller et Juliet H. Powell dans Pour un Regard.


    Je ne sais pas ce qu'il m'arrive depuis quelques mois...Il m'arrive souvent de me sentir mal, j'ai le besoin permanent de me sentir près de Juliet. Elle est si belle, si souriante...Dès que je suis mal, je m'approche d'elle...Je lui baise la joue et de suite, elle me prend dans ses bras. Et cela me redonne le moral, le sourire...Et tout cela est grâce à elle. Ma meilleure amie. Celle qui me fait vivre....Celle qui me dit toujours quand elle ne va pas bien. Qui se confit à moi. Qui me regarde, comme si sa vie allait bientôt finir. Et à chaque fois, je me demande pourquoi elle me regarde de cette façon, car dès que je la regarde, sur ses beaux yeux, un voile de tristesse. Je la sauverais même si je dois y perdre ma vie...Je suis tellement amoureux d'elle que je ne sais comment je respire quand elle n'est pas là. La seule chose que je suis encore capable de faire, quand elle n'est pas là...C'est de pensée à elle, à chaque instant de la journée...

    Ma vie sans elle n'a vraiment aucun sens...Elle aura un sens, quand je serais de nouveau à ses côtés...Mais cela arrivera t-il un jour ? Réellement. Je suis revenue sur cette île pour être à ses côtés. Peut être va t-elle me repousser qui sait ? Peut être ne m'aimera t-elle plus jamais. Je suis parti...Je suis parti car en Amérique on avait besoin de moi, mais si j'aurais su qu'elle ne m'aurait donnée aucune nouvelle, ni moi d'ailleurs, je ne lui en est pas laissé...Mais je le regrette, j'aurais du lui dire que je l'aimais avant tout cela. Mais bon, timide que je suis jamais je n'orais osé....Pourquoi lui ai-je menti quand je lui est dit que ma Grand mère était sur son lit de mort...Pourquoi?? J'avais juste besoin de retourner chez moi...Juste un petit peu...Mais bon...la vie n'est pas toujours comment on aimerait qu'elle soit...J'aimerais juste qu'elle me dise.."-Je t'aime Ethan" Juste cela me ferait le plus grand bien, le plus grand plaisir. Le plus grand bien. Au moins, je serais soulagé de savoir que de son côté, il m'aime aussi.

    Je me levais ce matin, il n'était que huit heures du matin. Mes nuits sont bien courtes depuis que je suis parti...Depuis que je l'es laissée...Elle, la femme que j'aime. Comment ai-je pu faire cela. La laissée seule..Sans moi, sans mon amour pour elle. Sans lui avoir jamais rien avouer. Chaque nuit, mes joues sont inondés de larmes...Tellement je pleure...Oui je suis un homme et je pleure...Quel mal à cela ? Quand un homme aime une personne, tel que j'aime Juliet, il ne peut pas ne pas pleurer..Ma vie ne tient plus qu'à un fil...Elle n'est pas là pour me redonner le sourire. Mais j'espère que dans quelques semaines, je serais de nouveau près d'elle, ohh oui comme j'aimerais cela....Cela serait la chose la plus merveilleuse que je puisse avoir...Prendre Juliet dans mes bras...Lui caresser les cheveux, le dos....Sentir son odeur sur moi pendant de longues heures...Cela est la chose la plus merveilleuse pour un homme...De faire et de sentir tout cela de la femme que l'on aime. Je n'en peux vraiment plus de pleurer...Je suis en pleine détresse. Je t'en pris, Seigneur aide moi...

    Il était huit heures et quelques minutes...Je me levais, les yeux rouges et des cernes sous les yeux...J'étais dans un sale état...Juste car je passais mes nuits en pleine insomnie...Je pensais en moi même "Je t'en pris Juliet, reviens moi" C'était pourtant moi qui était partit et non elle....Je pleurais de nouveau en rentrant dans la douche...je laissais l'eau dégouliner sur mon corps amaigris...Mais toujours beau et musclé...Je me faisais un bon shampooing, frottant avec force. Dix minutes plus tard,, je ressortais de la douche et m'habilla...Un jean et une chemise blanche, comme elle aimait que je m'habille. Je voulais prendre l'air. Je pris un café dans un bar qui mennait près du port. Mon gobelet chaud de café à la main, je marchais vers le port....Le soleil tappait, mais le vent était tout de même un peu frais...J'aimais cela, car cela me redonnait du Tonus..Bien moins que si je voyais Juliet....

    Mais pourtant elle était là, en face de moi. Je ne la vit pas tout de suite, mais quand même.. Comment ai je pu la manquer ? Elle était assise sur un banc...Sur le banc au milieu de tout les autres...Je souria en moi même....Elle était tellement belle, même de dos...Je l'aurais reconnu parmis plus de cent mille femmes....C'était ma Jyliet et elle le restera...J'avançais vers elle, d'un pas timide....Arriver derrière elle, je lui dis...

    -Ohhh Juliet, ohh ma Juliet..

    Je me laissai tomber sur le sol...Les larmes ruisselant sur mes joues.. Je n'étais pas triste à ce moment là, juste tellement heureux de l'avoir enfin retrouver....Je la regardait....De mon beau regard....Elle devait me voir amaigrit, fatigué...Mais tant qu'elle était làà, tout allait bien...Je pleurais, les genoux sur le sol...J'étais tombé par le choque..Je m'étais un peu laissé tomber car mes jambes ne me tennait plus....Je la vit se lever et se poster devant moi...Elle avait un immense sourire sur les lèvres...Elle me tendit ses mains, je les embrassa et me releva, avec le peu de force qu'il me restait encore...je la serra contre moi....

    -Je suis tellement désolé de t'avoir laissée Juliet....Tellement...Ma vie sans toi est un véritable enfert....Mais je t'aime..

    Les mots étaient sortit instinctivement de ma bouche...Et oui, comme quoi, à ce moment là, l'émotion était tellement là que je ne pu me taire....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet H. Powell

avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 23/05/2009

About You ~
In your heart ?:
Profession:
Répertoire:

MessageSujet: Re: « Pour un regard. » [Juliet H. Powell]   Ven 5 Juin - 23:11

    La vie n'est pas toujours comme on aimerais qu'elle soit, elle n'est pas facile, loin de là. Quand tu crois que tout vas bien, que tu vis dans le bonheure absolue, c'est à ce moment que ta vie deviens un enfers. Ta vie s'effondre pour ne laisser que les ruines de ton bonheure passée. C'est ce qui est arriver avec la mienne. Ma vie s'est effrontrer depuis que la chose qui m'étais le plus précieux, ce qui me permais d'aimer est partis avec lui en Amérique. Peut importe ce qui se passe je ne cesse de penser à lui, à Ethan. Cela fais environ 3 ans que je ne l'ai pas vue et pourtant j'ai toujours l'impression de l'aimer. Est-il possible que depuis qu'il est partis j'ai pris conscient de comment il était important à mes yeux et que je l'aime encore plus. Comme un amant ou un ami ? Je ne serais, par contre, répondre à cet question. je me dirige vers la salle de bain pour aller prendre une douche. Je dois aller rejoindre une amie à la Marina. Je m'installe devant la glace et retire l'élastique qui tenait mes cheveux, en chignon sur le dessus de ma tête, ils retombent sur mes épaules amaigris. Je me regarde dans le miroir qui se trouve devant moi, tous le monde me dis que je suis filiforme, beaucoup trop maigre. Est-ce le cas, je n'en est pas l'impression, ce que je vois est un corps beaucoup trop gras, je devrais maigrir pourtant j'ai la vague impression que mon corps ne suit pas mes desirs. La perception que j'ai de moi même est-elle fausée ? J'ai bien peur que oui. Mon corps est réellement filiforme, mes joues sont creusés et mon visage à perdu beaucoup d'éclat. On vois facilement les côtes sur le côté de mon ventre, mes seins son presque inesistant et légèrement tombant, mes hanches ? Elles sont disparus depuis que je suis devenu anorexique. J'entre dans la douche avec un regard triste, il me manque tellement. Je soupire et allume l'eau chaude, voir même brulante. Je m'adose contre la parois en vitre et me laisse glisser contre celle-ci jusqu'au sol. Tiens, je vais rester ici pendant un moment, je ferme les yeux et repense au moment que j'ai passer avec lui, en sa compagnie. Ethan était toujours là pour moi peut importe ce qu'il arrivait il trouvait toujours le moyen de me réconforter. Je me rapelle de notre premier baiser e les larmes commence alors a dévaler mes joues. Pourquoi la vie est-elle aussi cruel ?

    Une question qui allais demeurer sens réponse je suppose.


    Je me savonne, caressant mon corps, m'autorisant a penser que ses mains pourrais un jours me toucher comme j'en rêve. Enfin, je secous ma tête de droite à gauche, comment je peu me permetre de penser cela... je soupire fortement et arrête tous mouvement, j'ai honte de moi, d'avoir penser une chose pareille c'est vraiment dégoûtant. Je sors rapidement de la douche et enfile un patalon et un chandail manche courte, je me ramene les cheveux en chignon pas besoin de faire plus. Je ne suis pas a monmeilleure c'est vraie, mais en même temps je vais seulement voir une amie alors à quoi bon ? Je me dirige vers l'extérieur et vérouille la porte d'entrée. Je frictionne mes bras l'un contre l'autre pour me réchauffer. Non, mais je vous jureon ne peu pas faire confiance à la météo, la preuve il annoncait aujourd'hui une superbe journée de chaleur pourtant moi je meurt de froid. Enfin, mes pas me guide jusqu'à la marinade et mon amie n'est toujours pas arriver. Génial, des minutes de plaisir a l'attendre. Je soupire et m'assoie sur un banc et regarde un couple de personne d'âge mur un peu plus loin. Ils sont vraiment magnifique. Le vieillard avec sa cane qui marche main dans la main avec sa femme. Peut-être que j'aurais été comme cela avec Ethan ? Enfin, plus tard cela vas de soit.

    Je nous verais bien moi et lui, main dans la main. Lui tenant une bague entre ses main agenouiller devant moi et moi la pauvre juliet que je suis, les larmes au yeux, lui donnant comme seul réponse un "oui ". Puis je l'embrasserais. Je sais rêver comme je le fais n'est surement pas la meilleure des solutions. Beaucoup de faux espoire pour qu'elle que chose qui ne vera jamais le jour. Alors que j'étais en pleine réflexion je sentis mon portable vibrer dans ma poche. Qui est-ce ? Nul autre que ma chère amie qui devait venir me rejoindre ici même.

    De; Anna.
    Écoute Juliet,
    Je suis désolée, amis je ne vais pas pouvoir être là à la marinade.
    Je sais que tu a besoin de moi c'est temps-ci,
    seulement j'ai eu quelques problèmes avec mon père.
    Enfin, je ne voudrais surtout pas d'ennuiyer avec cela, on en reparlera plus tard.
    Prend soin de toi, ton amie qui t'aime Anna. xXx .


    Apparemment je serais seule pour tout le reste de la journée. Puis, alors que je m'apprèta à me relever pour quitter la Marinade mon pronom retentis en arrière de moi. Mon coeur ce mit a débattre rapidement, bien que sa voix avait murit je pouvais la reconnaître entre mille. Celle de mon chère Ethan. Je me retourna vers lui et le vis tomber sur le sol. Je tendit, mais bras et l'aida a se relever. Le voir ainsi devant moi me fesait un tel choque. j'avais tellement rêver de se moment, tellement attendue que celui-ci se produise pour me donner enfin la chance de peut-être seulement espèrer un autre baiser de sa pars, son amitier. Peux importe il était là désormait. Je ne sus quoi dire quand il m'avoua qu'il m'aimait, je n'osait pa slui dire que moi aussi, car après tout que signifiais le sens de ses mots ? Je n'en savais rien et pour tout vous dire je ne voualis pas m'humilier devant lui.

    Tu m'a tellement manquer, Ethan.

    Je le pris dans mes bras et déposa ma tête sur son épaule, les larmes dévalaient mes joues à torent. J'étais tellement heureuse de le revoir, aucun mots, aucune sensations n'étaient assez fortes pour décrire ce que je resentais à ce moment précis. De ma main je caressais ses cheveux et de mon autre son dos. Je me recula légèrement et scruta son visage, il était magnifique. Il avait changer certes, mais il restait toujours le Ethan que j'avais connu il y a trois ans. Un charme exceptionnel.

    Je suis tellement heureuse de te revoir.

    Les larmes étaient toujours présente et je m'autorisa a déposer mes lèvre contre sa joue et encadrer son visage de mes mains.

    Comment ? Comment est tu revenus ?


[ Fini non corriger, mais tu peu lire,,, Pis le poste est laid zooo ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan A. Miller

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 27/05/2009

MessageSujet: Re: « Pour un regard. » [Juliet H. Powell]   Jeu 25 Juin - 11:55

    En ce moment présent, j'étais le plus heureux des hommes...J'avais devant moi la femme que j'aimais....Qui étais devenu si...si maigre. Mais elle restait toujours très belle, de toute façon, pour moi, elle serait toujours la femme la plus belle au monde. Et de plus, elle était en train de pleurer..Je n'avais jamais supporter la voir pleurer, et ce ne serait pas aujourdh'ui que je pourrais commençer à aimer cela...Je la pris donc dans mes bras. Son corps si tremblant, si mince. Cela me donnait des frissons de la sentir si mince contre moi . On va dire que moi non plus, je n'étais plus aussi mince qu'avant. J'avais perdu pas mal de poids, car je ne faisais que fumer, je ne mangeais ni ne dormais plus. Je faisais énormément de sport. J'étais trop mince à mon gout, et elle alors, elle était tellement maigre, quand je l'avais quitter elle n'était pas comme ça. D'accord, elle n'avait jamais été un peu potelé. Jamais, elle avait toujours été mince,mais jamais maigre comme cela...Elle me demanda alors, Comment, Comment es tu revenu.. Je ne cessais que de la regarder...J'ouvris la bouche mais je la referma aussitôt, les mots restaient bloqué dans ma gorge, je ne parvenais plus à rien. Le regard que je lui lançait était plein de tendresse et d'amour. Mais je ne parvenais pas à parler. Je pris alors sur moi avant de dire.

    Juliet, si tu savais comme tu me manquais, je n'arrivais plus à vivre sans toi Juliet. Je croyais que j'allais mourrir sans toi.

    Dis je en la regardant. Les premières larmes que je versa était pour Juliet. Je pleurais, pleurais et encore pleurais...Je ne faisais que cela...

    Je suis si désolé...de ... de pleurer devant toi...Tu me vois pour la première fois de ta vie en train de pleurer...

    Je me dis en moi même " car je t'aime trop. et que toi, jamais tu ne m'aimeras. " Je la regardais puis baissa la tête..Elle n'était plus dans mes bras, je l'avais lacher..Je n'en pouvais plus, je sortis mon paquet de cigarette de ma poche et m'en fuma une ... Je tirais d'énorme bouffé, cela me désaltérais....

    Juliet, je t'aime. je t'aime...Tellement..

    Elle le savait, enfin, je le lui avais dit...Lui dire que je l'aimais, cela était merveilleux...

    [Désolé, c'est nul & court :/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Pour un regard. » [Juliet H. Powell]   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Pour un regard. » [Juliet H. Powell]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Loi pour la protection des travailleuses/eurs domestiques.
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feelings From The Heart :: Viva Le Flood ? :: Goodbye mister Garbage.-
Sauter vers: